Close Menu

La mine - Les métiers de la mine

Aide piqueur

No imageLes aides du piqueur ramassent le charbon à la pelle et en chargent les wagonnets –les berlines-, qu'ils amènent ensuite –à la main-, dans les galeries principales. Quand l'air comprimé révolutionnera le travail, des tapis roulants les remplaceront dans cette tâche.

De là, des jeunes mineurs forment des trains de berlines, y attellent des chevaux ou des ânes. Ces trains –l'essentiel des techniques ferroviaires apparut dans les mines- vont ensuite vers la recette du puits, pour y être montés à la surface.

Boiseur

BoiseurC'est l'action de placer le soutènement, en bois ou en métal, dans les chantiers d'exploitation et les galeries de la mine. Le boisage c'est mettre la galerie ou le chantier en sécurité.

Même si aujourd'hui, le boiseur travaille en grande partie avec des étançons et cintres métalliques, la dénomination de ce métier est restée inchangée.
A l'origine « le boisage » des galeries et des chantiers d'abattage se faisait à l'aide de troncs et rondins de bois. Avec une hache, un bon coup d'œil et un sacré coup de main, on étayait la mine. Cela nécessitait du courage et beaucoup de savoir-faire.

On utilisait, de préférence, le bois de sapin pour ses fibres résineuses qui ont l'avantage et la particularité de se plier et de se déformer progressivement.

Comme disent les mineurs « C'est un bois qui nous parle. » Cela nous permet de voir les pressions de terrain exercées sur le soutènement et de l'entretenir par anticipation.

17457C'est en mètres cubes le volume de bois utilisé par les boiseurs de La Machine en 1948.

Boutefeu

BoutefeuLe mineur boutefeu réalise les travaux d'abattage des roches par l'emploi d'explosifs en respectant et en faisant respecter de façon rigoureuse les règles de sécurité.

C'est le spécialiste du tir de mine. Celui qui manipule les explosifs et déclenche les explosions pour fragmenter des milliers de tonnes de roche.
Il commence par consulter le plan de tir afin de connaître la nature et les quantités d'explosifs qui vont lui être nécessaires, les modes d'amorçage ...

Il effectue, ensuite, le chargement des trous de mine que le foreur avant lui a réalisé, puis relie les artifices entre eux pour créer une chaîne pyrotechnique. Enfin il met en place la procédure de tir.

Après avoir vérifié que plus personne ne se trouvait sur la zone de tir et ne pouvait plus y accéder, l'explosion peut avoir lieu. Sa règle d'or : la sécurité. Il doit de façon stricte et impérative appliquer et faire appliquer les consignes de sécurité. Cela nécessite de la minutie, de l'attention et beaucoup de rigueur.

66Le poids des explosifs utilisés par les boutefeux en 1948 s'est élevé à 66 tonnes.

Cantonnier

No imageIl veille à la pose et à l'entretien des voies ferrées. Souvent un ancien mineur, abatteur ou boiseur.

Charpentier

Charpentier / MenuisierLe bois était jusqu'au début du 20ème siècle, le matériau le plus utilisé dans les mines. Boisage, charpentes, wagonnets, tout était prélevé dans les forêts alentours et livré sur le carreau.

A La Machine, l'intérieur des puits était boisé sur toute la longueur (Plus de 500 mètres) jusque dans les années 1920. De même, les chevalements étaient presque tous en bois. Enfin, la Houillère construisait régulièrement des bâtiments pour abriter le triage ou loger son personnel. Au fond, les soutènements qui empêchaient les effondrements étaient en sapin ou en chêne.

Pour répondre à cette énorme demande, un parc à bois de 3 hectares avait été installé au puits de La Chapelle et une scierie s'occupait du débitage des troncs. Les charpentes étaient, dans un premier temps, assemblées pour vérification près des ateliers, avant d'être installées sur leur site.

33Un tiers des effectifs était employé au jour, c'est à dire à la surface, soit 33%. Les deux autres tiers travaillaient au fond.

Chauffeur

ChauffeurLe bassin houiller représente plusieurs kilomètres carrés sur lesquels sont construits des puits, de nombreux ateliers, un centre de triage, des parcs à matériel. Le chemin de fer les réunissait tous.

Extraire le charbon, c'est aussi le transporter. Mais comment être capable de déplacer jusqu'à 350 000 tonnes par an ? La mine a développé dès 1841 un réseau ferroviaire qui partait du sous-sol et débouchait jusqu'aux débarcadères des ports de la région de Decize. Il était constitué d'un ensemble à voies étroites destinées aux wagonnets arrivant des puits, et d'un réseau classique sur lequel roulaient des wagons tirés par des chevaux puis des locomotives.

Au centre du système, se trouvait une gare de triage et de transbordement. Il faut rappeler ici que la mine a été la première à utiliser le chemin de fer pour le transport de ses produits.

57La longueur totale des voies ferrées en surface que la mine possédait en 1950 était de 57 kilomètres.

Conducteur

ConducteurAu milieu du 20ème siècle, le camion devient roi. Les anciennes voies ferrées qui serpentaient entre les puits sont abandonnées.

En 1955, le chemin de fer qui servait au transport du charbon jusqu'à l'atelier de triage du Pré-Charpin est remplacé par la route où défilent des camions de 30 tonnes à raison de 150 trajets par jour. Une véritable autoroute du charbon.

La houillère s'équipe d'engins du dernier cri, crée des garages, des ateliers de mécanique et embauche plusieurs conducteurs de poids lourds. Les ateliers au jour se transforment, les écuries disparaissent : les garagistes remplacent les charretiers. Le hennissement des chevaux devient un mugissement de voitures. C'est le début d'un nouveau monde, celui de l'essence et de la route

8C'est la distance en kilomètres entre la houillère de La Machine et la ville de Decize.

Contremaître

No imageLe contremaître est le nom donné à l'agent de maîtrise qui encadre plusieurs mineurs.

Il est chargé de veiller au bon avancement des opérations et doit rendre des comptes à l'ingénieur. Il surveille que les travaux avancent selon les ordres : boisage, sécurité, respect des règles... Le contremaître est le premier responsable de la sécurité au fond. Comme tout supérieur hiérarchique le contremaître n'est pas toujours le plus aimé.

Pour l'anecdote, en pays picard, le contremaître est appelé porion. L'étymologie de ce mot est  : « faire le poireau ». Le mot « porion » désigne effectivement un poireau en patois picard. En effet, le porion ne fait pas de travail manuel mais reste immobile et regarde les autres travailler.

Enigme 10

Vous êtes au bon endroit et votre perspicacité vous rapporte la lettre n.
Maintenant, passons au choses sérieuses ! Je vous propose de trouver le pharmacien et de regarder son téléphone. Il vous indiquera sur l'annonce de sa banque la bonne position.
Hum... et je dois me débrouiller avec ça ?
Oui, et ce n'est pas tout...

Enigme 11

Ensuite, vous devrez trouver l'ancien jardinier de Monsieur Machecourt, celui là même qui chantait pendant les jours de paye. Il peut vous aider si vous vous intéressez à son nom...

Partager
© Copyright 2021 - 2024 Admin