L'abbaye de Thélème

Qui connaît l'oeuvre de Rabelais connaît l'abbaye de Télème. Notre abbaye à nous n'est, ou n'était pas exactement celle de Rabelais. En ces années de guerre et d'avant guerre, avant la loi Marthe Richard votée en 1946, La Machine possédait, n'ayons pas peur des mots, un bordel, situé en bas du bourg. Cette maison de tolérance, tenue impeccablement par Madame Claude (donnons-lui ce nom choisi au hasard) était fréquentée par des hommes de seize à soixante seize ans venant parfois d'horizons assez lointains. Si on ne venait pas pour consommer les pensionnaires de Madame Claude, on pouvait toujours consommer tout court, c'est à dire boire un verre au rez-de-chaussée et discuter avec la tenancière, dame fort respectée, élégante et qui avait sa chaise réservée à l'église pour la messe de dix heures, le dimanche.

L'abbaye de ThélèmeDès la sortie de l'école (publique, car à l'école Schneider, aucun élève ne se le serait permis), un groupe d'écoliers du Fort Chabrol (les bandits) avait l'habitude de passer devant l'abbaye pour tirer la sonnette avant de détaler à toutes jambes, pendant que la tenancière venait ouvrir. Mais un jour arriva où Madame Claude, attendant les petits plaisantins vers dix sept heures, pût les démasquer. Le lendemain matin, la tenancière de l'abbaye arrive dans la classe du directeur où les écoliers sont déjà assis. Quelques une ont une mine inquiète.

"Monsieur le directeur, des petits voyous de votre école s'amusent à tirer ma sonnette chaque soir après la sortie de l'école. Je les reconnais : il y a celui-ci, lui, lui, lui et aussi celui-là. Je vous demande de les punir comme ils le méritent".

"Absolument Madame Claude, leur mauvaise conduite mérite une sanction."

Dès que Madame Claude fut partie, le directeur ne put s'empêcher de rire aux éclats et de dire : "C'est bien la première fois que je dois punir mes élèves pour une histoire de bordel !"

De punition, il n'y en eut point. Qu'aurait pu faire le directeur ? Faire copier aux fautifs deux cent fois : "Je ne dois pas tirer la sonnette du bordel." ?

Cette histoire a été lue 632 fois